« A la marge » 

Contribution à des Mélanges

Ed. Lextenso, à paraître

Cette contribution s’appuie sur deux expériences de recherche que nous avons inscrites à la marge de ces grandes constructions du droit que l’on appelle les « matières juridiques » ou – de manière emphatique – les « disciplines juridiques ». Ni meilleure, ni moins bonne que les recherches propres à telle ou telle branche du droit, cette forme décentrée d’analyse est à la fois modeste et nécessaire. Elle est modeste, puisqu’elle ne se donne pas pour ambition de construire de nouveaux champs clairement délimités du droit, c’est-à-dire de nouvelles matières. Elle est nécessaire dans la mesure où elle s’attache à examiner les angles morts qu’une approche cloisonnée en silos ne permet généralement pas de traiter.