Culture(s) et liberté(s)

Dir. Laurence Burgorgue-Larsen & Céline Lageot & Jean-Jacques Sueur

Collection Contextes, culture du droit, à paraître

Contribution sur La circulation totale dans le champ global

—-

La culture, je ne sais pas très bien ce que c’est. Quant à la culture juridique, je me suis par une fois laissé aller à une esquisse de définition[1].

Le droit des libertés, je n’en suis pas un spécialiste. Mais il m’est arrivé en une occasion de me risquer à une synthèse[2].

C’est dans cet état d’esprit quelque peu léger que je vais tenter de répondre à l’aimable invitation qui m’a été faite de participer à ces travaux sur le thème « Culture(s) et liberté(s) ».

Pour cela, je voudrais essayer de montrer comment il est possible de s’affranchir de certaines contraintes culturelles existantes en posant un objet non normé en droit et susceptible d’avoir une résonnance sur l’approche des droits et libertés dans le champ global.

Cet objet est celui de « la circulation totale ». Il s’inscrit dans la perspective plus large d’une recherche qui touche à sa fin et qui porte questionnement sur le droit dans sa manière d’appréhender les flux d’origine humaine et qui échappent potentiellement à notre contrôle[3].

Le propos se focalisera sur un certain nombre d’interrogations. Les voici :

  • Une circulation totale, qu’est-ce que c’est ?
  • Une approche du droit dans le champ global, qu’est-ce-que cela veut dire dans cette occurrence ?
  • En quoi cette approche permet-elle de développer une analyse critique de la relation entre circulation, sécurité et espace ?
  • En quoi cette approche permet-elle de guider une réflexion sur les transformations sociales des droits et libertés ?

[1] « Culture juridique et globalisation : le travail du juriste, entre contextualisation et circulation » inA.-S. Chambost (dir.), Approches culturelles des savoirs juridiques, LGDJ, coll. Contextes, 2020, spéc. p. 303 : « la culture juridique peut être définie comme une sorte d’implicite partagé dont on a le plus grand mal à énoncer précisément le contenu mais qui a cette particularité d’être reconnaissable par ceux qui participent à une pensée et une pratique juridique dans un environnement donné ».

[2] Rapport final – La garantie des libertés : quelles techniques de contrôle par le juge ?, Transversales 2018 – Dir. scient. V. Goesel-Le Bihan et J. Heymann – Université Lumière – Lyon 2 – publié sur https://transversales.org/2018

[3] Projet de recherche IFITIS sur le thème « La circulation totale au-delà du contrôle et le droit » soutenu par l’Institut universitaire de France (IUF projet senior 2016-2021). Pour un aperçu général de la recherche et de ses réalisations, voir http://www.universitates.eu/jsberge/?p=25673. Au titre de ces dernières, voir, en particulier, notre ouvrage : Les situations en mouvement et le droit – Essai d’une épistémologie pragmatique, Dalloz, coll. Méthodes du droit, 2021.