Colloque « Voyage et droit public »

A paraître aux Ed. Mare & Martin sous l’égide de l’Association des doctorants en droit public de l’Université de Lyon (ADPL)

Atterrissage en douceur (conclusion)

Mesdames, Messieurs, chers doctorants, chers docteurs, chers collègues,

J’ai été vraiment très touché que vous m’invitiez, et ce pour deux raisons principales.

Je dis souvent que, si je suis professeur d’université, je n’ai aucun mérite, puisque mon père était professeur d’université (spécialiste de la civilisation arabe), tout comme mon grand-père (maternel), qui était lui professeur de droit public (Raymond GUILLIEN, co-auteur avec Jean VINCENT du Lexique de termes juridiques, réédité tous les ans par Dalloz). Raymond GUILLIEN était un élève de Léon DUGUIT et sachez – c’est une anecdote véritable – que Léon DUGUIT, sur son lit de mort, a dit (en substance) à mon grand-père qui venait lui faire ses adieux : GUILLIEN, jusqu’à la fin de vos jours, il vous faudra œuvrer au rapprochement des publicistes et des privatistes. Les organisateurs de ce colloque (Tom DEVRARD, Emmanuelle VULIN), par leur invitation, et le président de l’ADPL (Remy DUFAL), par ses mots introductifs, vont dans le sens de ce rapprochement et je ne peux, en privatiste de formation, que m’en féliciter.

Par ailleurs, j’imagine que, si vous avez eu l’amabilité de m’associer à cette journée et à sa conclusion, c’est aussi parce que je termine une recherche pluriannuelle sur des phénomènes complexes de circulation[1]. C’est toujours un plaisir pour un chercheur d’être identifié par le travail qu’il fournit. Et sachez-le, les doctorants et les docteurs sont ceux qui lisent les travaux de la doctrine avec le plus d’attention. C’est donc naturellement un peu à vous tous et à votre travail que je voudrais essayer de rendre hommage dans les paragraphes qui suivent.

Pour organiser cette présentation conclusive, je vous propose de prendre le mot « voyage » et de composer ma synthèse autour des différentes lettres qui le forment. Je vais ainsi transformer chacune de ces voyelles ou consonnes – V, O, Y (Y ça va être dur !), A, G, E – je rajouterai un « R » pour VOYAGER – de manière à introduire d’autres mots qui, je l’espère, rendront bien compte de la richesse de vos interventions.

[… lire la suite dans la publication à paraître]


[1] Pour un aperçu du projet IFITIS (IUF 2016-2021) et ses réalisations : http://www.universitates.eu/jsberge/?p=25673